Alès ville porte du patrimoine mondial de l’Unesco
  • image
    Périmètre du bien de protection, Causses et Cévennes, patrimoine mondial de l'UNESCO
  • image
    Mouton
  • image
    En Cévennes...
 
Alès ville porte du patrimoine mondial de l’Unesco
Ce classement est un atout touristique de premier ordre pour le Pays Cévennes et la ville d’Alès.
 

La nouvelle est tombée le 28 juin 2011 : les Causses et les Cévennes ont été inscrits au patrimoine mondial de l’Humanité dans la catégorie “biens culturels”. L’Unesco reconnaît ainsi la valeur universelle « d’un paysage culturel évolutif et vivant » : une première. Un territoire de 3 000 km2 entre Gard, Lozère, Hérault et Aveyron rejoint donc à ce classement ô combien prestigieux le Pont du Gard ou encore les rives de la Seine.

La culture agropastorale consacrée
Le comité du patrimoine mondial a appuyé sa décision sur le façonnage des paysages par les hommes, agriculteurs et éleveurs, depuis plusieurs millénaires : « Le site s'étendant sur 302 319 hectares au sud du Massif central français, constitue un paysage de montagnes tressées de profondes vallées qui est représentatif de la relation existante entre les systèmes agro-pastoraux et leur environnement biophysique, notamment au travers des drailles ou routes de transhumance. »
La culture agropastorale cévenole est ainsi consacrée par l’Unesco de la plus belle des manières.

Alès, ville porte
L’Unesco a également érigé 5 villes au rang de “portes” des Cévennes : Alès, Ganges, Lodève, Mende et Millau.
« Alès va en tirer une notoriété internationale puisque, lorsque l’on parlera de l’Unesco, on parlera d’Alès, qui est la porte d’entrée de ce territoire » conclut Max Roustan.