RIVE : l’avenir mondial de la mobilité durable se joue aussi à Alès
  • image
    L’explorateur Bertrand Piccard (à g.) et la secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique, Brune Poirson (à d.) ont fait le déplacement à Alès.
  • image
    Un millier de décideurs publics et privés a participé aux deux jours des RIVE.
  • image
    Salaheddine Mezouar, président de la COP22 et ancien ministre marocain des Affaires étrangères et de la Coopération a salué les initiatives alésiennes.
 
RIVE : l’avenir mondial de la mobilité durable se joue aussi à Alès
Les 11 et 12 juillet, les 8es Rencontres Internationales des Véhicules Écologiques se sont tenues au Pôle Mécanique en présence de Brune Poirson, secrétaire d’État auprès de Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, Bertrand Piccard, président de la fondation Solar Impulse, et un millier de décideurs publics et privé venus échanger autour de la mobilité durable.
 

#RIVE2017 : retour en images

« Mon ami Max Roustan, NDLR, il y a un futur pour nos villes, nos régions, pour le monde, en investissant dans les énergies renouvelables. » Le message vidéo envoyé par Bill Peduto, le maire de Pittsburgh, a produit son petit effet au moment d’ouvrir les 8es Rencontres Internationales des Véhicules Écologiques (RIVE) ce mardi 11 juillet au matin. À l’heure du renouvellement des responsables politiques en France et de la décision historique du retrait des États-Unis de l’accord de Paris, Max Roustan veut se rallier à son homologue américain qui a immédiatement décidé d’annoncer que sa ville respecterait l’Accord de Paris, malgré la volonté du président Donald Trump. Et de faire d’Alès “The French Pittsburgh”, « parce que les enjeux de lutte contre le dérèglement climatique doivent être maintenus au cœur du débat public, aussi bien à l’échelle locale que nationale et internationale ». Un engagement valant à Max Roustan de rencontrer le maire de Pittsburgh le 4 juillet, pour discuter des RIVE (lire l'article).

Le message de Bill Peduto à Max Roustan

Barack Obama invité en 2019 pour la prochaine édition

La Ville d’Alès souhaite désormais s’appuyer sur ce lien d’amitié naissante pour demander à Bill Peduto de transmettre une invitation à Barack Obama, ancien président des États-Unis, afin de participer à la prochaine édition prévue en 2019. « En s’y prenant deux ans avant, quitte à bouger les dates de la manifestation, c’est possible » a assuré Marc Teyssier d’Orfeuil, coorganisateur des RIVE aux côtés de la municipalité alésienne.
Organisées tous les deux ans sur le Pôle Mécanique Alès-Cévennes, en alternance avec le Mondial de l’Automobile de Paris, les RIVE sont l’occasion de rassembler pour deux journées de conférences, d’essais de véhicules et d’échanges, les décideurs publics et privés engagés sur les sujets de mobilité et de transport durables. Ces 8es rencontres ont reçu le soutien de la COP22 et du “Marrakech Partnership for Global Climate Action”. « Je reconnais votre engagement, Alès est une ville qui vibre pour de nombreux projets et je tiens à vous féliciter » a indiqué Salaheddine Mezouar, président de la COP22 et ancien ministre marocain des Affaires étrangères et de la Coopération.

« Je suis pleine d’espoir en repartant d’Alès »
Brune Poirson, secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique

Pour représenter les instances françaises, Brune Poirson avait fait le déplacement. La secrétaire d’État auprès de Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, a exprimé tout le soutien qu’elle porte à la manifestation qui entre fortuitement en résonnance avec le “plan Climat” dévoilé quelques jours plus tôt par le Gouvernement : « Je découvre ici des milliers de choses intéressantes, et je pèse mes mots. Je vois que ça grouille d’imagination, de créativité et c’est à nous, l’État, de soutenir cela afin que l’ensemble de la société devienne résolument plus écologique » a confié Brune Poirson après avoir fait le tour des stands des entreprises ce mardi 11 juillet. Et de rajouter : « Ce que je vois ici, aux RIVE, c’est que beaucoup de solutions proposées visent à démocratiser les technologies pour les rendre accessibles au plus grand nombre. Il y a une volonté politique qui est accompagnée par l’ensemble des acteurs locaux, associatifs et éducatifs, avec l’EMA, qui font de la ville un modèle de développement du territoire. Je suis pleine d’espoir en repartant d’Alès, parce que je vois qu’on y arrive. »

Bertrand Piccard : l’écologie expliquée aux enfants

Les RIVE s’organisent autour d’un cycle de conférences qui permet de faire un tour d’horizon des sujets de mobilité durable en faisant intervenir des professionnels des secteurs de la construction de véhicules, de la production et de la distribution d’énergies, des acteurs de la ville intelligente, ainsi que des responsables politiques nationaux et locaux. Mais de nombreuses autres personnalités étaient présentes, à l’image de Bertrand Piccard, connu pour avoir fait le tour du monde sans une goutte de kérosène à bord de son avion solaire. L’explorateur a rencontré les enfants du Mas Sanier d’Alès.

On se doutait bien que la rencontre entre Bertrand Piccard, explorateur des temps modernes, et les enfants du centre aéré du Mas Sanier serait étonnante. Un bain de fraîcheur au cœur d’un Pôle Mécanique surchauffé par le soleil de juillet.
Près de soixante enfants âgés de 8 à 13 ans sont arrivés pleins de questions à poser à celui qui a été le premier à boucler un tour du monde à bord d’un avion à propulsion électrique. « C’est parce qu’on me disait que ça n’était pas possible que j’ai voulu le faire » a raconté le Suisse au regard d’azur, captivant ainsi son auditoire. Aussi serein face aux bambins qu’aux commandes de Solar Impulse, Bertrand Piccard a donné sa version de ce que peut aujourd’hui être un explorateur : « Explorer, ce n’est pas forcément voyager. C’est avant tout chercher comment améliorer la vie sur la planète » a dit Bertrand Piccard, avant d’ajouter : « On doit chercher de nouvelles solutions. Car les vieilles recettes ne fonctionnent plus. Et je pense qu’avec les énergies propres, on peut proposer des solutions pour éviter les famines et la guerre. »

« Comment faisiez-vous pour dormir ? »

« Comment faisiez-vous pour manger, pour dormir, pour filmer pendant le vol ? » ont demandé les enfants. Avec méthodes, humour et simplicité, Bertrand Piccard a répondu sans tarder au feu nourri des questions.
Pour Bertrand Piccard, « ce sont ceux qui utilisent les anciennes sources d’énergie qui sont dans le passé. À bord de mon avion, je ne me sentais finalement pas dans le futur, mais déjà dans le présent » a ajouté l’explorateur devant les yeux écarquillés de son auditoire.
Et lorsqu’un enfant lui a demandé pourquoi il avait fait un tour du monde, la réponse a fusé : « Un tour du monde, ça marque les esprits parce que c’est difficile. Je voulais faire quelque chose qui semblait impossible pour montrer que les solutions que nous possédons aujourd’hui sont viables. Je suis sûr que dans dix ans on fera des voyages en avion électrique avec cinquante personnes à bord. Je vais conclure en vous laissant un dernier message : si vous n’arrivez pas aux résultats que vous cherchez à atteindre, recommencez, ne renoncez jamais… »

Alès Agglomération : engagée en développement durable

Pour préserver ses nombreux atouts et respecter l’avenir, le bassin de vie d'Alès a fait du développement durable l'un des axes forts de sa politique.
Voici une présentation de l'engagement d'Alès Agglomération en la matière.

 
vendredi 14 juillet 2017
 
 
 
A lire aussi...
Alès, the french Pittsburgh !
Label “4 Fleurs” : le jury est venu inspecter la ville d’Alès
Max Roustan rencontre le maire de Pittsburgh
RIVE : l’avenir mondial de la mobilité durable se joue aussi à Alès